Traduction de textes juridiques

C’est peut-être le domaine le plus « florissant » pour les traducteurs. Dans bien des cas, ce sont des traductions obligatoires, faites à la demande d’une instance française ou francophone. Le langage juridique, le jargon judiciaire s’apprennent et c’est pourquoi mon éducation permanente est principalement axée dans ce domaine. Je suis membre de la SFT, Société française des traducteurs, qui organise régulièrement des formations « Horizon Justice française » auxquelles je participe.

Statuts de société, lois européennes, mais aussi demandes d’entraide judiciaire

Voici quelques-unes de mes expériences de traductions, assermentées ou non, dans le domaine juridique :

  • traduction de statuts (B.V., N.V. ou toutes autres formes de sociétés)
  • traduction de décrets, arrêtés, lois néerlandaises et belges ainsi que leurs modifications pour la commission européenne
  • traduction de testaments, contrats de mariage, convenants de divorce et autres documents de droit des personnes et de la famille
  • traduction de prêts hypothécaires, de ventes immobilières, actes de droit civil
  • traduction de demandes d’entraide judiciaire et autres documents pour le compte du Ministère public néerlandais
  • traduction de jugements, rapports d’audience et autres documents de droit pénal
  • révision de toute traduction juridique

Compétence et discrétion

Les documents que les traducteurs reçoivent entre leurs mains contiennent parfois des informations requérant une grande discrétion. C’est pourquoi j’attache une grande importance à la relation de confiance que je lie, le cas échéant, avec le client. Le serment que j’ai prêté au tribunal d’Amsterdam en 2007 garantit à la fois une compétence de traduction et cette discrétion.